Passerelle urbaine / Mascate

Oman


2014 / ESQUISSE /
ATELIER JACQUELINE OSTY & ASSOCIÉS / WWW.OSTY.FR
140129 OMAN_02  nb

 

Passages c/ouverts. Malgré son assèchement, le lit du wadi Al Azaiba installé à cinq mètres en dessous du niveau de la ville marque une frontière entre une rive et l’autre. La passerelle piétonne, un axe majeur, doit franchir presque 80 m… C’est une situation particulière puisque l’obstacle à franchir s’est retiré et que nous n’avons pas à faire un exploit technique semblable au franchissement d’un fleuve, d’un précipice ou encore d’une autoroute. C’est avant tout une passerelle qui s’apprécie autant du dessous que du dessus puisque nous déambulons librement dans le lit du fleuve.

20131013_125401

 

 

 

 
Là où d’autres passerelles se soucient moins de leur sous-face, celle-ci devient primordiale. La forme de la passerelle se fait abri et devient un espace magistral où les ombres se mêlent aux ambiances du jardin… Pour que l’on puisse s’y tenir et apprécier la vision haute que la passerelle offre sur les perspectives du parc, nous pensons que la traversée doit être couverte partiellement par des voiles et la végétation émergente du jardin.

 


 

 

Deux approches possibles. La passerelle est-elle un objet en soi, un signal qui s’autonomise du parc ou un élément en constant dialogue avec lui ? Dans l’évolution du projet urbain l’une des deux approches s’imposera naturellement.
La première s’apparente à une grande galerie ayant une forte présence et sa logique propre.
La seconde, d’échelle plus modeste et légère, vient chercher plus d’appuis au sol et est en relation plus intime avec le jardin.Quant aux matériaux, il est difficile de concevoir une architecture de métal au vu des contraintes de dilatation de l’acier et de sa conductivité. Nous orienterons donc notre recherche sur le béton à haute performance pour la structure général (tablier voussure) et sur le bois et ses dérivés (tresse de palmier, rotin, vannerie…) pour le second œuvre, pour sa légèreté et sa bonne résistance à la chaleur.