Château d’eau

Dammarie-les-Lys


2013 / ESQUISSE /
2EI/ECO ENVIRONNEMENT INGENIERIE-VEOLIA / WWW.2EI.COM

 

Une fabrique dans le paysage. Beaucoup de châteaux d’eau ont été construits dans les années 1960, ils constituent dans le paysage de grands signaux perçus plus ou moins bien selon les situations. De nombreuses communes ont essayé de les camoufler, de les intégrer en ayant recours à la création de fresques, et à la plantation de quelques arbres, mais sans jamais vraiment réussir à les rendre incontestables dans le paysage.

Dès lors, une autre voie s’impose, celle de traiter ces objets à la manière d’une « fabrique contemporaine » dont la présence assumée participe au paysage.

DAMMARIE LES LYS9

 

 

Parti-pris du projet : l’habillage. Le château d’eau est traité comme un signal appréciable de jour comme de nuit ayant une relation avec l’environnement proche comme le lointain.


L’habillage présente une forme lisse, non heurtée proche de celle initiale du bâtiment. L’ensemble est constitué de cinq anneaux ne touchant pas à la structure du château à la manière d’un cerclage de tonneau. Ces éléments évitent le chemin de câbles venant alimenter les antennes (chemin de câbles décollé de la paroi béton).

Les anneaux supportent un maillage (acier ou nylon) ne cherchant pas à dissimuler entièrement le fut initial du château. L’ensemble de la parure évoque dans sa version nue un rideau d’eau, prenant des reflets irisés à la manière d’un voile.
Revaloriser l’espace au pied du bâtiment : ne plus considérer ses abords comme un lieu de rejet (containers déchets, transformateurs, antennes…). Pour ce faire, il conviendra de :

 

 


— déplacer ou supprimer tout ce qui vient perturber une vue directe sur le lieu : containeurs seront reculés de 2,5 m et les massifs existants remplacés par une palissade fleurie intégrant les bâtiments de service. Le lieu peut également accueillir quelques bancs.
— créer un fond végétal, sur la base du fond boisé existant, remplacer les haies de thuyas par des charmilles.
— habiller les bâtiments de service d’un paravent en métal rappelant la structure prévue sur le château d’eau et permettant le palissage de glycines, chèvrefeuilles… Cette structure peut se prolonger latéralement afin de créer un redans pour intégrer les conteneurs déplacés.

— retraiter le sol : l’ensemble de la surface en pied de château d’eau est actuellement uniformément enherbée. Plusieurs solutions possibles : un sol stabilisé enherbé, des pavés de récupération ou des dalles béton avec joints enherbés. Dans tous les cas, il convient de stabiliser le sol pour le rendre accessible à des véhicules et lui donner un statut plus urbain.
La nuit, le bâtiment est éclairé par l’intermédiaire d’un ruban de leds disposé au niveau des anneaux de support créant un dégradé de lumières irisées. L’éclairage est programmé pour s’allumer à la tombée du jour et s’éteindra à une heure convenue avec la ville.