Centre de conférence Kantha Bopha

Siem-Reap / Cambodge

­
2001/02 / FONDATION BEAT RICHNER / 1 SALLE DE 650 PLACES / BIBLIOTHÈQUE /
1 SALLE DE 200 PLACES / 4 SALLES DE 60 PLACES / CAFETERIA / 3 500 M2 / 3 500 000 $ HT
14_Grille jardin

 

Genèse du projet. Situé à Siem Reap, petite ville incontournable pour la visite des temples angkoriens, ce projet de centre de conférence rattaché à l’hôpital pédiatrique de Kantha-Bopha a été initié par le médecin suisse Beat Richner. En créant la fondation Kantha-Bopha, Richner a réhabilité un hôpital en déshérence et construit deux nouveaux centres destinés aux soins gratuits pour les enfants du pays. Au-delà du projet humanitaire, son projet visait à faire de Siem-Reap un lieu d’échanges international. C’est ainsi que l’idée d’un centre de conférence accueillant des colloques internationaux est née.

 

Le projet composé de plusieurs salles de taille variable s’est appuyé sur la lecture des sites angkoriens. L’architecture angkorienne est une architecture de masse (temple-montagne ou temple plat) caractérisée par la présence d’enceintes concentriques, elles-mêmes circonscrites par des douves. Boîte hors la boîte. A l’inverse du fameux « violon dans son étui » de Louis I. Kahn, les salles de conférence ne sont pas des « boîtes dans des boîtes » mais exposées directement à l’environnement. Ainsi, ces salles de conférence ont des ouvertures permettant des vues sur les jardins et le ciel.

 

 


L’articulation des jardins. Dès les premières esquisses du projet, le jardin a été considéré comme point de départ et non résultat du bâti. En effet, les boîtes, en étant des éléments autonomes, forment avec leurs jardins un rythme de pleins et de vides, à l’image du prasat (temple plat). L’ensemble, formé par les volumes mixtes béton-brique et les jardins, est relié par un grand toit parasol, plat, qui donne au bâtiment entouré de bassins son unité. Les matériaux sont bruts ou naturels (béton, brique, grès, métal, bois et grille de bambous).